Partagez ce SOS:

AIDEZ-NOUS A REBATIR LE PARC !

depositphotos_110173644-stock-photo-crow
Ravagé par la tornade

Le 17 juin à 1h30 une tornade a frappé la petite commune d'Huismes en Touraine. Près de 600 arbres ont été détruits sur ce territoire en l'espace d'une nuit.

Le parc de La Villaumaire a été lourdement impacté. Des chênes de près de 600 ans, une allée de châtaigniers plantée, il y a 592 ans, en 1429 lorsque Jeanne d'Arc vint à Chinon, des hêtres de 400 ans d'âge, une allée de cèdres plantée sous Napoléon III... en tout une centaine d'arbres ont été décimés. Sans même compter les dommages aux bâtiments, les seuls dégâts subit par le parc excèdent les 100,000 €.

 

Les travaux du sauvetage du château ne sont pas terminés, qu'un deuxième front s'ouvre.. Nous combattrons donc sur deux fronts, mais ne baisserons pas les bras !

Bénévoles 1b.jpg

AIDEZ NOUS !

 

Et rejoignez la communauté  des donateurs du Château de La Villaumaire. Pour vous remercier, nous avons prévu des contreparties (voir ci-après).

La Presse en parle...

 

 

Huismes : deux semaines après la tempête, les parcs des châteaux privés toujours sinistrés

 

Deux semaines après le passage de la tempête à Huismes, les stigmates sont toujours visibles dans les parcs de certains châteaux. Comme ici à La Villaumaire, où des arbres entiers jonchent le sol....

LIRE LA SUITE

presse 3.JPG

Dès le lendemain, des bénévoles sont venus dégager les accès du château

 

Après une nuit d'enfer passée à espérer que les toitures ne s'envolent pas, la découverte, au petit matin, des dégâts fut un déchirement. Nombreux étaient les dommages irréparables ! Un chêne de 600 ans, un châtaignier de 500 ans, un hêtre de 400 ans ou un cèdre de 200 ans n'ont pas de propriétaire... La vie d'un homme, et même de plusieurs générations, n'y suffiraient pas... Ils sont le patrimoine de l'humanité. Quand de tels géants tutélaires meurent, abattus par une tornade, rien ne les remplace avant des siècles... Les plants de chênes ou de châtaigniers que nous mettrons à leurs places, n'auront la même majesté qu'en 2621 ! Comme ceux qui avaient planté ces arbres au XV° siècle, nous plantons pour ceux qui, au XXVII° siècle, viendrons s'abriter sous leurs ombrages. C'est un leg aux générations futures !

sinistre.JPG
presse 3.JPG

Platanes arrachés au Château de Gizeux,

Parc dévasté à La Villaumaire

Mêmes scènes de désolation à Huismes. Denis Moutardier, le maire de la commune du Véron, estime entre 500 et 600 le nombre d’arbres arrachés par un cauchemar qui n’aura pourtant pas duré plus de vingt minutes…

LIRE LA SUITE

Colère céleste à Huismes

Dans la nuit de mercredi à jeudi , un gros coup de vent s'est muté en tornade dans un couloir de 2.3 km de large vers 1h30, ça a duré environ 1h.…

LIRE LA SUITE

Presse 4.JPG

Tous les accès au parc étaient condamnés ; les lignes téléphoniques coupées. Des bénévoles sont venus à notre rescousse. Grâce à leur aide nous sommes parvenus à dégager les chemins. Nous ne les remercierons jamais assez d'une telle générosité. Les accès dégagés ont permis aux services de téléphonie de rétablir transitoirement les lignes. La vie à repris ses droits. Mais, maintenant le plus dur reste à faire : redonner vie au parc.

Nos assurances ne couvrent pas le parc en dehors de la responsabilité civile. Conclusion = pas un centime ne sera versé par les assurances pour les dégats du parc et, comme si cela ne suffisait pas, nos finances sont exsangues absorbées par le sauvetage du château.

C'est, pourquoi nous avons besoin de vous !-

QUEL EST ET QUE COÛTE CE NOUVEAU COMBAT ?

Jamais il ne sera possible de restaurer ce qui a été perdu. Mais, nous devons, au moins, panser les blessures du parc. Pour cela, il nous faut :

 

  • dégager le parc de l'amas inextricable de troncs et de branche qui l'encombre, ce qui suppose l'acquisition d'une tronçonneuse professionnelle (les nôtres étant des jouets face aux troncs titanesques qui jonchent le sol), ainsi que de petit matériel annexe; soit un coût de 2.500 €

  • débarder les bois débités, enlever les souches, reboucher les cratères, parfois énormes, laissés par les arbres déracinés, ce qui suppose de louer du matériel de BTP (pelleteuse, etc), soit un coût de 3.750 €.

  • Replanter la centaine d'arbres abattus, ce qui suppose l'achat d'une centaine de plants (coût moyen du plant de 60 cm = 25 €), soit un coût de 2.500 €.

 

Tout cela, représente un budget de 10.000 €

 

Nos donateurs pourront suivre, en ligne, sur FacebookInstagram et Youtube, les vidéos de l’avancement des travaux au fur et à mesure de leur réalisation.

COMMENT NOUS AIDER ?

 

Vous pouvez nous donner les moyens de sortir vainqueurs de ce nouveau combat ou vous battre à nos côtés, pour cela, il existe plusieurs façons de nous soutenir :

 

  • Vous pouvez, bien sûr, faire un don que ce soit ponctuel ou mensuel.

  • Vous pouvez, aussi, consacrer du temps à ce projet en devenant l’un des bénévoles de l'association : "Les amis de La Villaumaire".

  • Vous pouvez, enfin, faire connaître ce projet autour de vous, ne serait-ce qu’en le partageant sur vos réseaux sociaux.

 

Tout le monde peut participer !

 

Contribuer, c’est très simple....

POUR EN SAVOIR PLUS, CLIQUEZ SUR LE BOUTON "PARTICIPER"

QUI SOMMES-NOUS ?

 

Issus d'une famille de «sauveteurs de monuments en péril» : Vanina, Ugo et Lorenzo (de 24 à 29 ans) -entrés au berceau dans la restauration du patrimoine national- prodiguent tous leurs soins au Château de La Villaumaire, en Touraine.

L'EQUIPE.jpg

          L'équipe des "sauveteurs" : Vanina, Lorenzo et Ugo Vitali.

La famille Vitali a acquis le Château de La Villaumaire, en janvier 1997, avec la ferme intention de le sauver. Depuis, 25 ans, elle y poursuit une patiente et minutieuse restauration y consacrant l’essentiel de son temps et de ses moyens. L’objectif est d’abord de sauver durablement le bâtiment de la ruine avec, à terme, la possibilité de l'ouvrir au public. Évidemment, ce monument est géré de façon désintéressée, c’est-à-dire que tous ses revenus sont réinvestis dans sa restauration. Du reste, aucune subvention, d’aucune sorte, n’a jamais été perçue. De même, chaque membre de la famille est parfaitement conscient de n’être que l’un des dépositaires d’un bien, qui au-delà de lui-même, appartient à l’Histoire. Et chacun sait bien que sauver un monument est un véritable sacerdoce, dont le fruit ne survient généralement que 2 ou 3 générations plus tard et que, de ce fait, la plupart de ceux qui y œuvrent aujourd’hui ne verront jamais le résultat final.

  

N’HÉSITEZ PAS À TRANSMETTRE CETTE PAGE SUR VOS PROPRES RÉSEAUX. TOUTE AIDE SERA LA BIENVENUE…! 

TOUTE L’ÉQUIPE DU CHÂTEAU DE LA VILLAUMAIRE VOUS REMERCIE CHALEUREUSEMENT POUR VOTRE SOUTIEN PRÉCIEUX.